Assemblée francophone des retraité(e)s et ainé(e)s de la Colombie-Britannique

La voix des francophones de 50 ans et plus

Le 15 juin dernier, l'AFRACB a pris part à la conférence "Lutte contre la maltraitance des personnes aînées : les enjeux LGBTQ+ à prendre en compte", donnée par la Fondation Émergence, au Québec. 

Plusieurs études sur les conditions de vie des personnes aînées LGBT ont démontré qu’en plus de subir les effets du vieillissement au même titre que l’ensemble des aînés, elles doivent également faire face à d’autres problèmes et situations particulières, tels que :

  • un soutien du réseau familial moins important que celui des hétérosexuels;

  • l’appréhension d’être victime de l’homophobie et de la transphobie de leurs pairs, et de devoir ainsi cacher leur orientation sexuelle, et leur identité ou expression de genre;

  • une tendance plus élevée que la moyenne à vivre dans la solitude, à souffrir de dépression et à développer des dépendances;

  • une propension à penser au suicide;

C'est dans ce contexte que l'AFRACB démontre son soutien à cette communauté en adhérant à Charte de la bientraitance envers les personnes aînées lesbiennes, gaies, bisexuelles et trans

L’AFRACB a le regret de vous annoncer que dans le contexte actuel, la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC) a pris la difficile décision d'annuler son forfait voyage qui devait se dérouler du 2 au 5 août 2020 en marge du Festival francophone 50+ CB de Maillardville.

Merci de votre compréhension et support continu.  Demeurez à l'affût d'un prochain forfait à venir.

ForfaitAnnule

Foire aux questions sur le nouveau coronavirus (COVID-19)

CLIQUEZ ICI pour lire ou télécharger le document PDF

La Colombie-Britannique a déclaré l'état d'urgence sanitaire.  Les fonctionnaires de la santé publique du gouvernement surveillent étroitement la situation au fur et à mesure qu'elle évolue et continuent de renseigner le public au fur et à mesure que les mesures d'intervention évoluent dans la province.

Toute personne craignant d’avoir été exposée au coronavirus ou ayant des symptômes associés à la maladie doit utiliser l’outil en ligne sur les symptômes et l’auto-évaluation, le BC COVID-19, à covid19.thrive.health (en anglais) afin de vérifier si un test de dépistage est nécessaire dans leur cas. Vous n’avez pas besoin de subir le test de dépistage si vous ne présentez pas de symptômes ou si vos symptômes sont légers et peuvent être contrôlés à la maison.

Si vous avez une question d’ordre non médical sur la COVID-19, veuillez composer le 1 888 COVID-19 (1 888 268-4319). Vous pourrez obtenir les dernières nouvelles quant aux recommandations de voyage et à l’éloignement social, de même qu’un accès à de l’aide et à des ressources des gouvernements provincial et fédéral en composant ce numéro. Vous pouvez parler à des représentants pour ces services tous les jours, de 7 h 30 à 20 h. On pourra vous fournir de l’information dans plus de 110 langues.

Pour en savoir plus sur les dernières nouvelles concernant le nouveau coronavirus (COVID-19), suivez le BC Centre for Disease Control, sur Twitter (@CDCofBC) ou consultez son site Web, http://www.bccdc.ca/covid19.

IMG 8301

C’est le 25 janvier dernier qu’une équipe de l’AFRACB s’est rendue à Richmond, en banlieue de Vancouver, pour participer à la deuxième édition du Sommet sur la transmission linguistique. Celui-ci est organisé conjointement par plusieurs organismes francophones de la province, dont l’AFRACB, et rassemble les acteurs de la francophonie en Colombie-Britannique.

C’est le commissaire aux langues officielles, Monsieur Raymond Théberge, qui a ouvert le bal en s’adressant à la centaine de personnes réunies pour l’occasion. Il a rappelé le contexte particulier dans lequel évoluent les francophones du Canada. « Dans une situation minoritaire, la transmission de la langue est l’affaire de tous », a-t-il dit.

Ensuite, Suzanne Robillard, doctorante en sociolinguistique à l’Université d’Ottawa et originaire de Victoria, a retenu l’attention de la salle avec sa conférence concernant les stratégies pour améliorer la transmission du français en contexte minoritaire. Elle a notamment profité de sa conférence pour insister sur le fait que les apprenants francophones doivent disposer d’espaces où parler français afin d’améliorer leur langue vernaculaire, soit celle parlée hors du contexte éducationnel et structuré. « N’ayez pas peur de votre accent et n’arrêtez jamais de parler français », a-t-elle martelé.

L’ordre du jour de l’après-midi était chargé, avec trois ateliers sur différents thèmes touchant la transmission linguistique, dont un animé par Maurice Guibord, directeur général de la Société historique francophone de la Colombie-Britannique au sujet des termes utilisés par les institutions francophones pour définir les « parlants français » en Colombie-Britannique depuis le XXe siècle.

Question d’identité

Le sujet de l’identité est d’ailleurs revenu lors de la plénière et a accaparé une bonne partie des échanges. Certains des convives ont prôné pour un changement d’appellation du terme « franco-colombien », et ce, afin d’y inclure l’aspect « britannique », alors que d’autres souhaitent trouver une toute nouvelle appellation qui inclurait tous les francophones, peu importe leur origine (Québec, France, Colombie-Britannique, etc.).

Le Sommet s’est terminé de belle façon par un karaoké francophone animé par l’équipe des Jeux francophones de Victoria.

Serge Côté et Louis-Normand Hébert, respectivement président et trésorier de l’AFRACB, ont tous deux apprécié leur participation au Sommet. « Il y a eu de bons échanges et nous avons hâte de voir des actions concrètes ressortir de tout cela », ont-ils résumé.  

Plus de détails ici: www.sommetcb.ca  

 

IMG 8298

  IMG 8295